Coronavirus : Deux gardes corps Alpha Condé emportés par le COVID-19, selon le journal leparisien

condé.jpg
Spread the love

Bien qu’officiellement peu développée dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, l’épidémie a emporté plusieurs membres de l’entourage du chef de l’Etat, Alpha Condé.

Dans un pays qui ne comptait officiellement ce lundi que cinq morts du coronavirus pour 622 cas positifs, la série de hauts responsables guinéens figurant parmi la courte et triste liste de disparus a de quoi interpeller.

Coup sur coup ont été annoncés les décès, des suites du Covid-19, d’Amadou Salif Kébé, un avocat président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), de Sékou Kourouma, ministre-secrétaire général du gouvernement (un proche parmi les proches du président Alpha Condé) et de Victor Traoré, frère du ministre de la Défense et ancien directeur d’Interpol en Guinée.

En outre, deux soldats de la garde présidentielle, des bérets rouges, auraient aussi été fauchés par la maladie. Deux autres ministres, ceux de la Sécurité et des Travaux publics auraient eu plus de chance : après être tombés malades, ils seraient sur le point d’être guéris après avoir suivi le traitement à la chloroquine préconisé par le Pr Didier Raoult.

Ayant l’expérience de la terrible épidémie d’Ebola, qui a fait plus de 2500 morts entre fin 2013 et 2016, la Guinée n’est pas restée inerte en voyant venir l’épidémie de coronavirus.

Alpha Condé est monté en première ligne en décrétant fin mars un couvre-feu entre 21 heures et 5 heures et en imposant quelques mesures de distanciation sociale pas toujours bien reçues, comme celle limitant à trois clients au lieu de six les passagers des taxis. Les chauffeurs se sont aussitôt mis en grève pour protester contre le manque à gagner…article sur Leparisien.fr en cliquant ici.

scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :