Publicités

Dialogue Politique annoncé par le Président, L’opposition va-t-il tombé dans le piège Alpha Condé

alpha-cellou-sidya-1.jpg
Spread the love

Le président de la république, le professeur Alpha Condé vient d’annoncer un dialogue politique entre lui et ses opposants, mais le problème l’opposition n’est pas prête à tomber deux fois dans le même piège, ils savent de quoi est capable l’actuel président de la république, du coup, Cellou et sidya se méfient.

Jeudi dernier, à l’occasion d’une sobre cérémonie qu’il a organisé dans son palais pour décorer à titre posthume le feu ambassadeur américain Simon Henshaw décédé à Conakry, Alpha Condé a furtivement annoncé l’ouverture d’un dialogue avec les forces politiques du pays avant la présidentielle prévue cette année.

Des dialogues oui, mais avec des conditions.

« On ne fait pas un dialogue pour un dialogue. Quels sont les sujets à débattre ? Quels sont les protagonistes ? Quelle sont les garanties ? Ce sont des questions majeures pour aller à un dialogue. Parce qu’il n’est pas question pour nous d’aller parler autour d’une table avec des gens qui sont en train d’opérer un coup d’Etat Constitutionnel dans notre pays. Il y a des préalables à remplir qui sont connus. L’un des plus importants, c’est qu’Alpha Condé s’engage solennellement à respecter les termes de son mandat, à respecter l’esprit et la lettre de la Constitution qui l’a porté comme Chef d’Etat où il est clairement indiqué qu’il ne sera pas candidat à un troisième mandat consécutif ou non (…) c’est fondamental pour nous », tranche le Directeur de la Cellule de communication de l’UFDG.

Selon Ousmane Gaoual Diallo, si le président Alpha Condé ne peut pas respecter la Constitution ainsi que ses engagements internationaux, il n’y a pas de raison de croire qu’il respectera les termes d’un dialogue.

« Pour nous cette annonce, c’est la poudre aux yeux. Elle n’a aucune crédibilité, aucune sincérité (…) Sur quoi dialoguer lorsqu’on a suspendu la Constitution ? De quoi allons-nous parler  lorsqu’on a instauré un coup d’Etat et travesti les institutions ? Est-ce qu’il est nécessaire même de dialoguer avec des putschistes ? Parce que pour nous, et Alpha Condé, et l’Assemblée Nationale sont des institutions occupées par des putschistes et leurs complices », tranche Ousmane Gaoual.

Publicités
scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :