EMERGING VALLEY : quel bilan pour la délégation guinéenne? 

saden-2.jpg
Spread the love

Une délégation guinéenne conduite par le Ministre d’Etat, Ministre de l’industrie et des PME, Tibou Camara, a participé pendant plusieurs jours à la 4èmeédition du Emerging Valley à Marseille (France) ; un rendez-vous annuel qui regroupe des acteurs évoluant dans le domaine du numérique et de l’entreprenariat sur les continents africain et européen.


Constituée de start-ups, d’incubateurs et d’autres acteurs de l’écosystème entrepreneurial, la délégation a également bénéficié de plusieurs jours de formation sur des thématiques telles que « Enjeux et opportunités de l’entrepreneuriat en Afrique francophone » ou encore « Créer et faire vivre une offre d’accompagnement adaptée aux besoins des entrepreneurs ». Quelles leçons peut-on tirer de cette mission ? Le Ministre d’Etat Tibou Camara, Mariama Ciré Diallo du Groupe de la Banque Mondiale et Danda Diallo nous donnent leur avis.


Pour le Ministre d’Etat en charge de l’Industrie et des PME, cette rencontre est une sorte de pont entre l’Afrique, la Méditerranée et l’Europe, dans le domaine de l’innovation et des initiatives dans le domaine du numérique. Il s’est particulièrement réjoui de la participation active de la délégation lors des différents ateliers organisés. Pour lui, « Emerging Valley permet de mettre en rapport les start-ups et les acteurs de l’écosystème numérique d’un certain nombre de pays présents à ce rendez-vous , afin d’améliorer l’attractivité des entreprises et mobiliser des financements pour leurs projets et programmes. C’était nécessaire que notre pays participe à cet important rendez-vous. Notre présence a été d’ailleurs fortement apprécié aussi bien par les organisateurs que par les participants. Nous retenons en définitive que le gouvernement guinéen doit continuer à davantage s’engager à développer les talents et les initiatives des jeunes dans le domaine de l’entreprenariat.
Quant à Mariama Ciré Diallo, Program Manager pour le Groupe de la Banque Mondiale, elle a rappelé que son institution accompagne la mise en place d’un projet dénommé PRECOP (projet de renforcement de la compétitivité des PME) sous la tutelle du Ministère en charge des PME. Ainsi dans le cadre d’une des composantes de ce projet dont le budget global est estimé à 30 millions de dollars, les différentes structures d’accompagnement de cet écosystème entrepreneurial a pour finalité de jouer un plus grand rôle dans la création de richesses dans notre économie mais aussi et surtout de générer de l’emploi pour les jeunes dans un futur proche.


En définitive, Mamadou Danda Diallo, Fondateur de l’incubateur Ose ton emploi, a trouvé ce voyage d’étude a été très bénéfique pour les entrepreneurs présents. Pour lui, c’est un cadre qui ouvre des opportunités et qui crée des connexions entre les écosystèmes européens et Africains. « Des échanges nous ont permis d’avoir d’autres connaissances sur la gestion des incubateurs, des connaissances dont nous allons nous inspirer prochainement. » 


A noter que, parmi les annonces fortes faites à l’occasion de cette 4e édition d’Emerging Valley, le Groupe de l’Agence Française de Développement (AFD) a lancé un nouveau fonds d’amorçage doté de 15 millions d’euros pour financer et accompagner les start-up numériques.
Ce fonds doit permettre :
d’améliorer l’accès aux financements des start-up dès le début de leur activité ;
d’appuyer de manière durable la création d’un environnement propice à l’innovation numérique, à l’entreprenariat et aux nvestissements en soutenant les incubateurs, hubs et accélérateurs.
La gestion de ce fonds sera assurée par les partenaires locaux de l’AFD, experts en accompagnement et financement du numérique.


Ces “guichets” accueilleront les demandes des candidats et sélectionneront les entreprises susceptibles de bénéficier du dispositif d’aide. Le fonds s’appuie sur six programmes :
Deux programmes de professionnalisation, d’assistance technique et de renforcement de capacités dédiés aux hubs, incubateur et accélérateurs. Ce dispositif les aide à soutenir l’entreprenariat novateur en accompagnant durablement les jeunes entreprises
innovantes. Les partenaires de l’AFD pour ces programmes sont Bond’Innov et Afrilabs.
Quatre programmes de financement dédiés aux start-up numériques africaines. Ce dispositif combine une aide financière pouvant atteindre 300 000 euros et de l’accompagnement. Les partenaires de l’AFD pour ces programmes sont le consortium

ABAN / AfriLabs, la fondation Greentec Capital Africa, l’association Entrepreneurs & Développement qui s’appuie sur les capacités du groupe Investisseurs & Partenaires, le consortium Mercy Corps Europe / Suguba. 

scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :