Publicités

Grève des enseignants : Aboubacar Soumah se fait doubler par ses confrères

enseignants-manif.jpg
Spread the love

L’opportunisme ne manque pas en guinée, quand des syndicats ne reculent devant rien pour faire plaire au gouvernement aux détriments d’une cause noble et surtout commune.

Lancées la veille, les négociations entre le gouvernement et certaines structures syndicales du secteur de l’éducation sur l’application de l’accord signé avec le SLECG d’Aboubacar Soumah, ont pris fin ce mardi 28 janvier 2020 à 23 heures Gmt au ministère de la Fonction Publique dans la commune de Kaloum.

«Nous sortons de cette salle avec un sentiment de satisfaction car les enseignants ont eu premièrement une prime consistante qui varie selon les zones de 400 mille à 1 million 300.000 francs guinéens.

Deuxièmement, nos jeunes sortant des différentes universités, des écoles d’enseignement vont être recrutés au niveau de la fonction publique. Alors nous demandons humblement aux enseignants d’accepter d’aller dans les classes pour enseigner nos enfants», a lancé Abdoulaye Camara, secrétaire général de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG), version Mamou. Cette prime dite d’incitation sera payée mensuellement selon la partie syndicale.

Le ministre en charge du Travail, Lansana Komara, s’est réjoui du compromis trouvé. « Tout le monde est satisfait y compris les syndicalistes et nous autres. Donc c’est un grand sentiment de satisfaction parce qu’il y a eu l’entente. Ce qui est important, c’est qu’il y a un engagement du gouvernement, du président de la République à satisfaire les enseignants dans leurs revendications. Donc nous demandons aux enseignants d’aller dans les classes et continuer à enseigner nos enfants», déclare Lansana Komara, ministre du travail.

Publicités
scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :