Publicités

Grève: le puissant syndicat de l’Education fait le point des deux premières journées

aboubacar-soumah.jpeg
Spread the love

La grève générale et illimitée déclenchée ce jeudi, 09 janvier dans le secteur de l’éducation, par le SLECG dirigé par Aboubacar Soumah porte un handicap à l’école guinéenne.  Contacté par un reporter de Guinee114.com, Adrien Gbamy, le nouveau chargé de la communication du SLECG et bras droit du Secrétaire général Aboubacr Soumah, a fait le point des deux premières journées de grève.

«Je remercie tous les enseignants de Guinée qui ont observé ce mot d’ordre de grève et nous nous en réjouissons parce que la grève a été suivie largement dans tout le pays», mentionne-t-il.

Selon lui, les enseignants ont pris conscience de la précarité que nous traversons aujourd’hui pour non seulement sauver les enseignants mais aussi sauver l’école guinéenne. «Nous avons demandé à l’Etat de penser à la situation salariale des enseignants. Le montant proposé est de huit (8) millions et il est négociable. Jusqu’jusqu’à présent, aucune proposition n’est faite de la part du gouvernement. Nous sommes aujourd’hui à la deuxième journée de grève et vous allez constater que les enseignants sont encore à la maison en train d’observer le mot d’ordre de grève lancé par le SLECG », mentionne-t-il.

Question: Jusqu’où comptez-vous aller dans cette grève?«Nous nous sommes un syndicat responsable et nous sommes disposés à négocier avec le gouvernement. Mais depuis le 23 décembre 2019, nous avons adressé un courrier à l’Etat et malheureusement nous n’avons reçu aucune suite par rapport au courrier pour nous amener autour de la table afin de négocier ces différents points de revendications. Si l’Etat n’ouvre pas un couloir de négociation, nous allons continuer le mouvement et tant que les préoccupations demandées ne sont pas satisfaites, nous allons poursuivre le mot d’ordre de grève», répond monsieur Adrien.

Parlant des deux personnes tuées lors de manifestations en marge de ces deux jours de grève, notre interlocuteur déclare : « Les enfants qui ont été touchés n’étaient pas dans la manifestation, ces enfants rentraient à la maison mais ils ont reçus des balles. Et ceux qui se sont comportés ainsi, il va falloir que la justice soit faite par rapport à ces assassinats.

Barry Bantignel (666086697)

Publicités
scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :