Le président de la CENI passe aux aveux:-«il y a eu des problèmes… »

Me-kébé.jpg
Spread the love

Le président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) a rencontré ce mercredi 11 décembre au siège de l’organe en charge des élections en Guinée, les deux anciens chefs d’Etat du Benin et du Nigéria, Soglo et Goodluck Jonathan.

Au sortir de la rencontre entre la CENI et les émissaires du National Democratic Institute (NDI), Me Salifou Kébé a avoué les difficultés que la CENI éprouve dans la préparation des élections législatives. «Nous n’avons pas été surpris des problèmes, ni par l’ampleur des problèmes mais ce sont des problèmes qui ont été résolus. Vous mêmes vous comprendrez petit à petit pendant qu’on avance les problèmes sont en train de disparaître. Nous savons qu’il y a eu des problèmes surtout au niveau des CAERLE qui ont prétendu à des montants qui n’avaient pas été prévus pour eux. Et ces CAERLE, vous savez, ce sont des représentants des partis politiques de la mouvance et de l’opposition pour surveiller ce qui se passe au niveau de l’agent recenseur. Et si ces CAERLE viennent nous dire qu’ils n’ont pas reçu leur argent, nous avons été les premiers a être surpris», a expliqué Me Salifou Kebé.

Poursuivant, il soutient que toutes les dispositions ont été prises pour régler les problèmes sur le terrain. «La CENI a décidé cette année, pour la première fois, de les payer à 700.000 francs guinéens. Et lorsque le temps s’est rallongé, nous avons proposé 200.000 francs guinéens pour compléter à 900.000 francs guinéens pour des gens qui n’étaient pas censés être payés. C’est extraordinaire qu’ils réclament et jusqu’à aller à l’arrêt complet des activités», ajoute le président de la CENI.

Dieu merci, poursuit-il, nous avons trouvé des solutions et aujourd’hui la totalité des CAERLE fonctionnent.  A noter qu’en plus de la question d’argent, d’autres plaintes des  CARLE portent sur insuffisance du matériel mis à leur disposition.

Sam Bantignel

scroll to top